New Forms

DJ Krush, hip-hop et japonais

Si aujourd'hui il est célébré comme l'un des plus grands maîtres de l'abstract hip-hop, rien ne prédestinait Hideaki Ishii à devenir un musicien de stature internationale. Né à Tokyo en 1962, celui qui n'était pas encore Dj Krush commença même bien mal dans la vie. Après une scolarité décevante, le jeune homme rejoint les rangs d'un gang des rues. Un passé de délinquant qu'il ne renie pas: "En ce temps là je n'arrivais pas à trouver ma place. Je cherchais quelque chose qui puisse me rendre heureux. J'ai fait beaucoup de choses répréhensibles pour assurer ma subsistance. Je ne me sens pas bien quand j'y pense mais selon moi cette expérience a influencé ma vie et ma musique. "

Au début des années 80, le jeune paumé assiste à une projection du film Wild Style. Ce long-métrage américain est un véritable concentré de la culture hip-hop alors en pleine émergence, regorgeant de performances de graffeurs, breakdancers, rappers et bien sûr de Djs. Pour Hideaki Ishii, c'est une révélation, un choc sans précédent. "La culture hip-hop m'a marqué et fasciné, raconte-t-il. Pour moi, Grandmaster Flash était un dieu.". Le lendemain, il s'achètera deux platines et une table de mixage.

Ses débuts au sein d'une scène hip-hop japonaise quasi-inexistante sont difficiles. Il commence sa carrière comme Dj pour des groupes de breakdance. A cette époque, ses références sont Kurtis Blow, DST et Sugarhill Gang. En 1987, il créé un groupe, le Krush Posse. Malgré un bon accueil dans la presse et des performances mémorables, les labels ne suivent pas et le groupe finit par se séparer en 1992.

Entre temps, Krush a eu le temps de développer sa technique. Il est particulièrement remarqué pour l'utilisation de ses platines comme d'instruments à part entière. Il s'en sert pour produire ses premiers morceaux, empreints de soul et de jazz. "Mon père écoutait beaucoup d'artistes tels que James Brown ou Miles Davis, se souvient le DJ Japonais. J'ai été exposé à cette musique très tôt, et ça m'a beaucoup influencé. "

Son premier album solo, sobrement intitulé Krush, sort début 1994. Ce coup d'essai lui permet de se faire remarquer au delà de son pays natal, jusqu'en Europe et aux Etats-Unis. L'Angleterre est alors en pleine ébullition acid-jazz, et un certain James Lavelle, boss du label Mo'Wax, s'intéresse de près à ce b-boy du pays du soleil levant. "Lors de notre première rencontre, j'ai été très impressionné par Lavelle, explique Krush. J'étais heureux de travailler pour son label, c'était pour moi le moyen de réaliser mes rêves." Stricly Turntablized est l'un des tous premiers albums à paraître sur Mo'Wax. Nous sommes en 1994, et l'Europe entière assiste à l'explosion de la production abstract hip-hop/trip-hop, avec pour bande-son la mythique compilation Headz.

1996. Krush, débarrassé de tout complexe par le succès de son disque, décide d'inviter quelques uns des meilleurs rappers de la scène hip-hop américaine sur son troisième album. On retrouve ainsi au générique de Meiso les noms de Guru (Gangstarr), CL Smooth et The Roots. Ce disque remarquable sera suivi un an plus tard par Milight, sur lequel il invite en reffort des artistes japonais. Sur Kakusei (1999), le Dj se fait plus minimaliste, réduisant nettement le nombre de featurings pour se concentrer sur des beats hip-hop rêches et expérimentaux. Zen, publié en 2001, est quant à lui plus proche de Meiso, avec un retour aux arrangements fins, et les prestations impeccables de Black Thought, Company Flow et Boss The Mc.

Entre temps, et malgré cette production solo pléthorique, le DJ japonais a également participé à de nombreux projets. Et si l'on oubliera bien vite les remixes pour l'acid-jazzeu Ronny Jordan (Bad Brothers, 1994), on se jettera sur son disque en duo avec le trompettiste Toshinori Kondo, Ki-Oku (1996). En 1999, il joint ses forces à celles de deux jeunes producteurs, DJ Sak et DJ Hide, pour créer un collectif baptisé RYU. Leur premier album, Ga (2000), ne dépayse pas ses fans. Krush sort également fin 2001 une compilation de ses remixes, Reload.

Alors qu'il sort son septième album (Shinso - The Message At The Depth), ce musicien atypique, désormais âgé de quarante ans, affiche une sérénité et une détermination à toute épreuve. "Je ne suis pas encore un artiste accompli, remarque-t-il. Je continuerais ce que je fais et je repousserais mes limites aussi longtemps que je le pourrais. J'espère simplement créer un genre en soit, que l'on appellera «Dj Krush»." A bon entendeur...

Florian, 2002

Commentaires - Ajouter un commentaire

DJ Timo-T, le 24/06/2009:
http://djtimt.bloguez.com/

DJ Krush, hip-hop et japonais
dj krush sur new forms
a lire egalement
partager cet article
Poster sur Twitter Partager cet article sur Facebook Marquer cet article sur Delicious Enregistrer dans Google Bookmarks Partager cet article sur Stumbleupon

Words about life by Melampyre

© 1998-2013 - Tous droits réservés.